Transport public : changeons d'échelle ! 

 

Pour accompagner le développement de la métropole, le réseau de transport collectif s’adapte tout en anticipant l’avenir. Avec la réalisation du projet Mon réseau grandit, ce sont plus de 3,5 millions de voyageurs qui sont attendus chaque année. Dont 23 000 scolaires et étudiants, 38 000 habitants, et 21 000 employés et professionnels. Ce nouveau réseau est aussi l’occasion de repenser nos déplacements et l’organisation des espaces publics, de mieux connecter les équipements, d’anticiper la transition énergétique… Une amélioration en continu et en concertation, avec une mise en service à horizon 2026 !

François Cuillandre Président de Brest métropole et maire de Brest

Pourquoi développer aujourd’hui le réseau métropolitain de transport collectif ?
Après la mise en service de la première ligne de tramway en 2012, puis du téléphérique en 2016, il est parfaitement logique de poursuivre le développement du réseau. La première ligne de Tram en appelait une seconde et ce n’est évidemment qu’un début puisqu’il s’agit d’accompagner le développement de la métropole.

À quels enjeux le projet Mon réseau grandit répond-il ?
Avec ses deux lignes structurantes et ses Pôles d’échange multimodaux, le projet Mon réseau grandit a été pensé avec un objectif central : améliorer le quotidien des habitantes et habitants mais aussi des usagers de la métropole en desservant les communes et les quartiers. Regardez bien le tracé des deux nouvelles lignes : elles vont desservir nos grands équipements : la gare, le Quartz, les universités et les grandes écoles, les hôpitaux. Des équipements qui sont au service d’un territoire plus vaste que celui de notre seule métropole et dont nous allons ainsi renforcer l’attractivité.

En quoi sert-il plus largement l’avenir de la métropole ?
Penser et développer un réseau de transport en commun, c’est mener une réflexion large et prospective sur les évolutions du territoire et de nos modes de vie, en intégrant bien entendu le contexte de changement climatique. Ce projet est structurant pour notre territoire, pour son urbanisme, pour l’avenir des quartiers et des communes. Il est l’occasion de repenser les espaces publics, de rénover et moderniser les réseaux, de donner une plus grande place aux piétons et aux cyclistes. Il faut se projeter loin, en 2040 ou même 2050. Les deux futures lignes partiront de la gare. Ce choix est un symbole, un signe fort d’ouverture.

Le projet Mon réseau grandit est la troisième phase de développement du réseau de transports collectifs en site propre de Brest métropole. La première phase a démarré en 2004 avec la mise en service de l’axe Nord/Sud, puis la deuxième en 2012 avec le tramway et 2016 avec le téléphérique.

L’objectif est de proposer une réponse adaptée aux besoins de déplacements entre le centre-ville de Brest, la métropole et le Pays, tout en intégrant les engagements écologiques du territoire. Cette réponse se construit aujourd’hui autour des deux nouvelles lignes, et par l’amélioration de l’offre sur les communes périphériques. De son domicile jusqu’à son lieu de travail ou de loisir, chaque habitant doit pouvoir circuler facilement et librement.

Faire évoluer les transports

La ligne A du tramway et le téléphérique ont rendu le transport collectif plus efficace et plus attractif dans la métropole. La nouvelle phase de développement du réseau de transports publics propose de nouvelles lignes structurantes : une seconde ligne de tramway B, une 1ère ligne de Bus à haut niveau de service (BHNS) D. Elle identifie également de meilleures connexions entre les communes de la métropole et le cœur urbain. Elle est prévue de longue date dans tous les documents de planification : plan local d'urbanisme, plan climat, etc.

Une vision stratégique globale

La construction de nouvelles lignes de bus et de tramway se fait nécessairement en cohérence avec les autres documents stratégiques. Le projet Mon réseau grandit a donc été élaboré dans le respect de ces plans :

  • Schéma de cohérence territoriale (SCoT) du Pays de Brest : volet mobilité
  • Projet métropolitain Brest métropole 2025
  • Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) de Brest métropole
  • Plan local d’urbanisme – PLU Facteur 4
  • Schéma Directeur Vélo 2020-2025
  • Stratégie Métropolitaine de Développement Économique (SMDE)

Accompagner les évolutions du territoire

L'enjeu d'accompagner un développement harmonieux de la métropole, de diminuer les gaz à effet de serre et de rendre la mobilité accessible à toutes et tous, y compris aux plus fragiles, rend essentielle l'évolution de l'offre de transports publics. Ceux-ci permettent de desservir les principaux équipements, les entreprises et les lieux d'habitation, de favoriser les connexions entre le centre-ville, les quartiers et les communes de la métropole, ou encore d’offrir une alternative à l’usage de la voiture particulière. Accompagner les évolutions du territoire, c'est aussi optimiser l'organisation du réseau existant, le rendre plus attractif et privilégier l'intermodalité.

Cap sur 2026

La mise en service du projet global est prévue pour 2026. 

Sur la ligne B, de 5.1 km, les 8 nouvelles rames de tramway relieront depuis la gare de Brest, la place de la Liberté, les sites universitaires, l’hôpital Morvan, le quartier de Bellevue et l’hôpital de la Cavale Blanche.

La ligne D, de 3.7 km, sera assurée par 9 Bus électriques à haut niveau de service (BHNS) en site propre de la gare jusqu’à la Place des FFI à Lambézellec. Elle desservira, la place de la Liberté, le quartier de Saint Martin, les cités scolaires de Kérichen et de la Croix Rouge. Ce linéaire est porté à 4,3 km du fait de l’intégration des BHNS dans la circulation automobile jusqu’au rond-point de Koat Bihan pour assurer leur retournement.

Ligne B_D_Mon réseau grandit_juin 2022

Le projet comprend aussi la création ou le réaménagement de 10 nouveaux Pôles d’échanges multimodaux (PEM) : véritables hubs, ils assurent les correspondances entre tous les modes de déplacement. Pour passer du bus à la marche à pied, du tram à la voiture, du car interurbain au vélo, du train au taxi… Le stationnement des voitures y sera gratuit. 

L'aménagement d’un couloir de bus au niveau de la Rue de Paris sera réalisé ainsi que la mise en œuvre de 6 liaisons bus.

12 km de pistes cyclables seront aménagées à proximité des lignes. Et une extension du Centre de maintenance des rames de tramway situé Porte de Plouzané permettra d'accueillir les 8 nouvelles rames. 

Prendre en compte l'ensemble des manières de se déplacer 

Le projet Mon réseau grandit est pensé en lien avec l’ensemble des modes de déplacement présents et futurs : le réseau actuel bus + tramway + téléphérique, auquel est intégré de nouvelles lignes tramway et BHNS. Cette démarche permet de repenser les circulations à l’échelle de la métropole : les liaisons modes actifs (piétons - vélos) sont adaptées sur tout le tracé, comme l’organisation des circulations routières, pour assurer des déplacements fluides. Les nouveaux modes de déplacements sont également pris en compte dans la réflexion : covoiturage, autopartage, etc.

Limiter les nuisances

Plus de transports collectifs, c’est aussi moins de voitures individuelles, et donc moins de pollution, une circulation plus fluide, moins de difficultés de stationnement, moins de bruit… Mais pour réussir ce pari, il faut proposer des transports efficients, c’est-à-dire adaptés aux besoins et pensés dans un schéma global de déplacements. C’est pour y parvenir que deux grandes phases de concertation ont mobilisé les usagers, les habitants autour des tracés et de l’organisation de ces nouveaux transports collectifs et de leurs connexions avec les communes de la métropole. 

Par ailleurs, passer aux bus électriques et au Tram offre un autre avantage : éviter le diesel et les énergies fossiles.

Des économies en vue

  • 1 million de km en bus diesel par an en moins

  • 6 millions de km en voitures individuelles par an en moins

Le saviez-vous ?

Même les ouvrages d’Art en profitent ! Le pont de Villeneuve et celui de l’avenue Clémenceau vont être élargis et renforcés. Deux nouveaux ouvrages d’art vont être construits : un franchissement du vallon de Normandie à Bellevue et un autre dédié au Tram le long du Pont Schuman.

Mon réseau grandit doit relever 3 grands défis : 

  • Anticiper et innover : accompagner le développement du territoire et la transition énergétique, proposer un service global de mobilité intégrant tous les modes de transport
  • Optimiser : moderniser et consolider le réseau en continu
  • Satisfaire : assurer la disponibilité des équipements, le confort des usagers, minimiser les perturbations, sécuriser les trajets

Un réseau de transport plus souple :

  • Favoriser l’intermodalité : passage de la voiture, de la marche à pied, du vélo, au Tram et au bus.
  • 12 km de pistes cyclables créées
  • Consignes à vélos à des points stratégiques des lignes
  • Une circulation plus fluide à travers la métropole
  • Amplitude horaire : de 5h30 du matin à 00h30 le lendemain
  • Fréquence : 1 rame de Tram ou de BHNS toutes les 6 minutes en heures de pointe

Une amélioration du réseau de bus Bibus : 

  • Les lignes de bus dont l’itinéraire fera double emploi avec celui du tramway et du BHNS seront réaffectées ailleurs pour assurer une meilleure desserte des communes et des quartiers.
  • Les fréquences et les amplitudes horaires seront améliorées. 
  • Les temps de parcours entre centre et périphérie seront réduits. 
  • Le réseau de transport de Brest métropole Bibus est exploité par RATPDEV. 

Des modes de transport universels :

  • Accessibles sans marche, les rames sont à hauteur des quais. 
  • Rampes d’accès, couloir élargi et aménagement des abords de stations pour les personnes à mobilité réduite. 
  • Assistance aux déficients auditifs et visuels grâce à un éclairage spécifique lors de l’ouverture des portes et annonces sonores. 
  • Accès autorisé aux vélos aux heures creuses.

Le cadre de vie amélioré :

  • Embellissement, harmonisation de la ville.
  • De nouveaux espaces, des zones de promenades, des terrasses, des places, pour plus de convivialité.
  • Diminution importante de la pollution : aucune fumée ni aucun gaz rejetés dans l’atmosphère.
  • Une qualité de l’air préservée (moins de CO²).
  • Utilisation de l’énergie électrique pour partie renouvelable.
  • Libération de l’espace pour les piétons et les vélos.

Le développement économique du territoire :

  • Des emplois (directs et indirects) créés durant toute la durée du projet.
  • Des emplois du chantier réservés aux publics en insertion.
  • Poursuite de la redynamisation du commerce de centre-ville et des quartiers.
  • Facilitation des déplacements domicile/travail, accès aux services, équipements et commerces.
  • Amélioration du transport des jeunes, des salariés et des visiteurs. 
  • Diminution des dépenses des ménages liées à la voiture.

Le renouvellement urbain des quartiers :

  • Une dynamique de renouvellement des quartiers de Bellevue (NPNRU) et Lambézellec (étude urbaine).
  • Une mutation urbaine en un laps de temps record.
  • Une rénovation des espaces publics traversés.